Posté par : David Fournier Laforest | Classé dans :
6 erreurs fréquentes que font les premiers acheteurs

Au cours d'une vie, nous achetons environ 3 maisons et la première est toujours la plus difficile à acquérir. Les erreurs coûtent chers. Particulièrement quand il est question d’immobilier. Si on peut les éviter, mieux vaut pour vous et votre portefeuille.

1. Acheter directement du courtier du vendeur

Ne pas obtenir de l’aide d’un professionnel de l’immobilier pour défendre vos intérêts dans la transaction peut être une erreur pouvant vous mettre à court d’argent.

Malheureusement, certains acheteurs font l’erreur d’acheter directement du courtier représentant le vendeur. Ce qui peut être une catastrophe pour votre portefeuille puisque le courtier du vendeur représente les intérêts de celui-ci et non les vôtres. Étant lié par contrat avec le vendeur, il doit vendre la propriété au meilleur prix possible.

Avant de débuter le processus pour acheter une première maison, les premiers acheteurs devraient prendre le temps de rencontrer quelques courtiers afin d’évaluer s’ils sont une solution envisageable pour leur situation. L’idéal est de trouver un courtier immobilier qui focus sur l’achat (courtier acheteur) plutôt qu’un courtier qui focus sur l’inscription de propriétés sur le marché (courtier inscripteur).

L’avantage d’un courtier acheteur est qu’il possède les outils, les connaissances ainsi que son expérience à vous transmettre ce qui l’emmène au-delà du courtier inscripteur lorsqu’il est question d’acquisition d’une propriété. Généralement les services d’un courtier acheteur sont gratuits puisqu’il est rémunéré par un partage de rétribution par le courtier inscripteur. Alors, avoir son propre courtier immobilier est une façon simple d’éviter les erreurs coûteuses.

Rappelez-vous, le courtier inscripteur défend les intérêts du vendeur et non les vôtres. Pour avoir un juste équilibre, ayez votre courtier acheteur afin de prendre une décision éclairée et pour défendre vos intérêts dans la transaction.

Assurez-vous que celui-ci possèdent un permis valide auprès de l’OACIQ et vérifier auprès du Services aux citoyens si un jugement de la cour a été rendu à son dossier. Une bonne chose avec l’OACIQ, c’est que vous faites affaire avec des professionnels de l’immobilier possédant un permis de courtage respectant la Loi sur le courtage immobilier du Québec et bénéficiant d’une assurance responsabilité professionnelle.

2. Acheter une propriété au maximum de votre capacité financière

Acheter une maison à la limite maximum de votre capacité d’emprunt n’est pas la meilleure des décisions. Les institutions financières ont tendances à prêter d'avantages qu’un client ne peut se permettre. Payer une maison est une chose, bien vivre et économiser en vue de la retraite en est une toute autre. Malheureusement, plusieurs acheteurs empruntent au maximum de leur capacité financière ce qui laisse peu de marge de manoeuvre si un imprévus arrive.

3. Ne pas s’éduquer sur l’immobilier

Une erreur fréquente est de ne pas prendre le temps de magasiner. De nombreux acheteurs se sentent pressés d’acheter. Bien qu’il faut agir rapidement pour acquérir une propriété dans certains secteurs, cela ne veut pas dire qu’il faut s’empresser d’acheter la première maison que vous visitez.

Passez un peu de temps à comprendre le marché et la valeur des propriétés dans les différents quartiers afin de trouver la propriété qui vous convient. Les premiers acheteurs rencontrent des difficultés lorsqu'ils ne comprennent pas toutes les dépenses liées à l'achat d'une propriété. Mise de fond, taxe de bienvenu, frais de condo et autres imprévus.

Comprendre le marché immobilier dans vos secteurs de recherche vous assure une place de choix dans le marché et peut vous aider à sécuriser la maison parfaite pour vous lorsque vous l’aurez trouvé.

4. Se lancer sans regarder vos finances en premier

Ne pas s’occuper de ses finances avant de démarrer votre projet est une bonne façon de laisser filer entre vos mains la maison parfaite pour vous. L’obtention d’un prêt hypothécaire nécessite l’analyse de certains documents et l’obtention de ces documents peut prendre un certain temps et vous faire perdre votre achat à cause que vous n’avez pas eu ces documents à temps.

S’occuper d’abord de ses finances est également un moyen de désamorcer les déceptions. Certains croient pouvoir obtenir un prêt hypothécaire d’environ 300 000$ alors que dans la réalité, ils se qualifient pour un prêt de 220 000$. La pré-qualification hypothécaire est un exercice simple et une prise de conscience sur vos finances qui vous permettra d'aligner vos recherche de façon réaliste. Travailler avec un professionnel du financement hypothécaire vous permettra de comprendre les différents types et programmes de financement hypothécaire pour les premiers acheteurs tout en facilitant ce processus.

Devenir propriétaire est un accomplissement en tant que tel, mais il ne faut pas faire l’erreur de s’endetter au point tel que vous ne pouvez plus profiter de la vie ou même meubler votre demeure.

5. Ne pas visiter suffisamment

Il faut garder en tête que acheter une maison est un bien immobile. Donc, il ne faut pas s’attarder seulement à la maison, mais également à la vie du quartier dans lequel vous effectuez vos recherches. Visitez vos quartiers à différent moment du jour et de la semaine afin d’évaluer si vous vous voyez vraiment vivre là.

6. Ne pas passer à l’action

De nombreux premiers acheteurs ne passent pas à l’action, même s’ils trouvent une propriété correspondant à leurs critères et qu’ils aiment parce qu’ils croient qu’il y a d’autre chose de mieux. Prendre le temps de magasiner est une bonne décision mais dans un marché ou les transactions sont rapides, l’indécision est un risque qui peut vous écarter du processus d’acquisition.

Crédit îcone de l'image : Facepalm by Edward Boatman from the Noun Project